vendredi 30 octobre 2020

François DEHURTEVENT au Cirque Arlette Gruss 2020 (2)

Le confinement est une totale catastrophe pour les entreprises de spectacle qui ont déjà énormément souffert. Que vont-elles devenir ?

Je vous présente aujourd'hui deux numéros incontournables du cirque Arlette Gruss :

-les "rêves équestres" continuent avec la cavalerie-maison présentée par Linda BIASINI-GRUSS et Laura-Maria GRUSS;

-ce sont aussi les épisodes clownesques du Clown ANDRE, un habitué de cette piste.





Si le Suisse Clown ANDRE se plaît au Cirque Arlette Gruss c'est qu'il peut y apporter, simplement, toute la poésie de saynètes qui ont fait leurs preuves et qu'il peut mettre en œuvre, seul en piste, toujours dans le respect du public. 









mercredi 28 octobre 2020

Ce blog : 300 000 pages lues


Vers 21 heures, ce soir du 28 octobre 2020, le cap des 300 000 pages lues a été franchi, pour 827 articles publiés. 

Le blog CIRCUS continue d'être visité : il compte ce soir plus de 108 000 pages lues.

Tout ceci est peu de choses, par rapport à la circulation des informations.
Mais il est possible que nous maintenons un lien non-dit avec certains d'entre vous, amis lecteurs. Et c'est déjà pas mal.

Je continuerai, ainsi que je l'ai annoncé dans le bandeau ci-dessus, à montrer le Cirque (grâce à François Dehurtevent que je remercie de tout cœur pour sa fidélité), la photographie à travers des coups de cœur et des découvertes, la poésie de quelques auteurs amis et les éditions de L'Aventure Carto.

Même si ce blog n'apporte pas grand chose à la "vente" de nos publications, il informe éventuellement et garde, pour quelques temps, trace de ce que L'Aventure Carto publie. 

L'Aventure Carto a fêté cette année ses 35 ans d'existence.

François DEHURTEVENT au Cirque Arlette Gruss 2020 (1)

Période très très difficile pour les circassiens (entre autres).

Le Cirque Arlette Gruss a recommencé sa tournée fin septembre. Pourra-t-il la continuer avec ce qu'on va nous annoncer ?

Dans l'affirmative, avec des séances l'après-midi ou tôt le soir, le chapiteau passe par NANCY où il est actuellement jusqu'au 1er novembre. Et d'ici la fin de l'année, ce sera AMIENS, VILLENEUVE-D'ASCQ, TROYES et PARIS.


François nous fait l'honneur et le grand plaisir de nous proposer des images du spectacle EXCENTRIK que vous pourrez découvrir en plusieurs épisodes. Comme d'habitude de la belle image qui pourra entretenir notre imaginaire et notre goût pour le cirque.

Ambiance extérieure.


Monsieur Loyal (Kevin SAGAU) annonce Un Voyage intemporel.



Et voici l'ouverture du spectacle où l'on peut apprécier les lumières et comme souvent ici, la qualité des costumes.



Les chiens et les chèvres de Josefine et Daniel IGEN. Faisons nous plaisir avec ce numéro léger vu dans sa simplicité. Josefine et Daniel vivent en Allemagne : ils font le maximum pour le bien-être de leurs chèvres africaines.









Des Rêves équestres : la haute-école par Linda Biasini, Laura-Maria Gruss et Arthur.



Ne manquez pas la suite du spectacle... bientôt.

 




mardi 27 octobre 2020

Michel FELTIN-PALAS : une lettre hebdomadaire dans L'EXPRESS

 

Michel FELTIN-PALAS, journaliste d'origine béarnaise, écrit pour la valorisation des cultures régionales mais aussi des notes concernant la langue française. L'EXPRESS publie chaque semaine sa lettre SUR LE BOUT DES LANGUES à laquelle on peut s'abonner gratuitement.

Et que je vous recommande chaudement.

Vous trouverez ici l'article le plus récent. Bonne lecture.

L'EXPRESS - Lettre de Michel FELTIN-PALAS

samedi 17 octobre 2020

COVID Circus

Les amateurs le savent et n'ont pas besoin de cette information. Mais il faut se rendre à l'évidence que tous les spectacles de cirque de fin d'année et début 2021 sont annulés pour cause d'épidémie. Les plus grands, les plus prestigieux...



Fête Lilloise

Saint-Paul-lès-Dax

Monte-Carlo et New Generation

Massy

Val d'Oise

Cirque éducatif

Valence d'Agen

Le Mans

Carré d'Amsterdam

Stuttgart

Grenoble (repoussé à Janvier)

Les Mureaux

Liège

Imperial Show

et de nombreux autres...

Seules quelques enseignes (Arlette Gruss, Medrano) et de plus petits établissements sont toujours programmés.

Qu'en sera-t-il au printemps ?


Au train où la situation se dégrade, que sera-t-il possible de voir au printemps ?




jeudi 24 septembre 2020

Nico JESSE, photographe

Nico JESSE (1911-1976) est un photographe hollandais dont je n'avais jamais entendu parler.

Mon ami Roland Bouëxel m'a donné à voir un livre concernant la Côte d'Azur, trouvé en brocante. Roland est passionné par la qualité des photos en héliogravure des années 50. En effet, ce petit livre touristique contient 80 images (paysages et scènes) de Nico JESSE d'un très beau rendu. Ceci m'a donné envie d'en savoir davantage sur son auteur. Je me suis procuré un des seuls livres disponibles : Femmes de Paris.


J'ai trouvé une version poche (11 x 17 cm) qui permet, malgré tout, d'avoir une bonne idée du livre original - les photos de cette version poche sont imprimées, elles aussi en héliogravure. Ce livre fut un gros succès commercial étant donné les diverses éditions où le texte de Maurois est imprimé en différentes langues (hollandais, allemand, italien au moins).

Vous constatez par le titre que c'est un livre signé André Maurois (1885-1967). On avait besoin d'une signature pour donner de l'importance à l'œuvre photographique. 40 pages de texte, souvent bien documenté, et 125 photos verticales dont je parlerai plus loin.

On a toujours besoin de signatures pour vendre des livres de photographie !

Dans ce texte de 1954, André Maurois raconte par exemple Juliette Gréco (1927-2020) qui vient de nous quitter :

"Elle était au début de la guerre de '39, un enfant aux beaux yeux, aux pommettes saillantes, à la voix profonde, aux longs cheveux noirs un peu raides. Elevée à Bordeaux, réfugiée en Dordogne au début de l'occupation, elle avait, dès le retour à Paris, vu sa mère et sa sœur arrêtées par les Allemands, puis déportées. Juliette avait voulu se faire arrêter aussi. La prison l'avait rejetée parce qu'elle n'avait que quinze ans. Elle se retrouva seule dans les rues, sans argent, sans amis, sans famille. Assise sur un banc de l'avenue Foch elle médita sur son destin. Que faire ? Près d'elle, dans le sable de l'allée, elle aperçut un ticket de métro et le ramassa. Il n'était percé qu'une fois, donc bon pour un voyage encore. Elle tenait le premier chaînon de sa fortune. [...]

Juliette et ses amies portaient les cheveux longs parce qu'elles n'avaient pas d'argent pour aller chez le coiffeur; elles portaient des pantalons d'homme (et parfois des culottes de cheval) parce qu'elles n'avaient pas d'argent pour s'acheter des bas; elles portaient des pull-overs noirs à col roulé parce qu'elles n'avaient pas d'argent pou envoyer des chandails clairs chez le teinturier; elles avaient l'air 'Inconnues de la Seine' parce qu'elles avaient faim et qu'elles étaient tristes..."

Un vrai récit "people".

André Maurois raconte ainsi les étudiantes, les modistes, les dames des halles, les concierges, les danseuses, les ouvrières et les employées...

Mais revenons au photographe. Nico JESSE est médecin mais il s'est passionné pour la photographie. Pendant la guerre, il a documenté la vie de sa région d'Utrecht. Au début des années 50, il délaisse l'hôpital et les malades pour le reportage. Il publie Femmes de Paris en 54, Espagne en 55, La Côte d'Azur en 56, Londres en 59, Rome  et Berlin en 60, Paris à nouveau en 62.

On raconte qu'il photographia 10 000 femmes de Paris en 10 jours !

Puis jusqu'au début des années 70, il pratique une photographie publicitaire et commerciale. Il reviendra à la médecine ensuite par manque d'argent.

C'est un intuitif qui aime capturer la vie dans ce qu'elle a de plus excitant. J'aime cette simplicité bienveillante. Sa photographie peut sembler ordinaire ou quelconque, elle est généreuse et vraiment humaniste. J'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à découvrir tous ces personnages. Qui plus est, en hélio !